Stimuler et évaluer les débats oraux avec Classdojo

Il y a heureusement constamment des discussions constructives dans mes cours, — mais pas assez souvent de débats selon des cadres formels. Or les élèves eux-mêmes me demandent d’organiser de vrais débats ! Je me propose donc d’améliorer cette dimension de ma pédagogie.

Comme souvent, un outil numérique me permet d’accompagner et de vivifier ma démarche pédagogique : Classdojo. Classdojo est un outil flexible qui permet de créer des classes et des profils (élèves ou groupes), ainsi que des éléments d’évaluation et de suivi. Il génère des rapports détaillés. Il fonctionne également hors ligne via les applications mobiles iOS et Android. > Présentation des fonctions.

Bien que manifestement destiné aux écoles primaire ou aux collèges (par son interface enfantine), cet outil peut être utilisé dans des classes plus avancées de secondaire, notamment selon la modalité suivante.

Voici la démarche détaillée.

 

1. Création d’une classe « débat », avec deux ou plusieurs groupes (les débatteurs).

2. Création des critères (points forts et points faibles) correspondant aux attitudes ou aux compétences attendues dans un débat.

N.B. : comme souvent, il peut être très intéressant pédagogiquement d’élaborer ces critères avec les élèves.

2. bis. Les groupes d’élèves préparent leur argumentation.

J’ai la chance de disposer de deux tableaux blancs installés au fond de la salle de classe. Les élèves peuvent y élaborer leurs arguments durant le temps imparti (chaque groupe ayant reçu une position à défendre en réponse à une question philosophique).

L’organisation du débat pourra ensuite prendre différentes formes, selon les choix pédagogiques (un élève représentant chaque groupe, prises de paroles successives, etc.).

3. Attribution des points forts et des points faibles durant le débat.

N.B. : il peut être intéressant ici de prendre assistance de deux élèves pour attribuer les points durant les débat, ou même de leur confier cette tâche. On peut aussi transcrire ces éléments sous forme de grilles imprimées et demander aux élèves non débatteurs d’attribuer les points positifs et négatifs.

4. Durant le débat, les scores peuvent être vidéo-projetés.

Ceci peut « ludifier » l’activité. De plus , lors de l’attribution des points, des sons peuvent être émis.

5. Après le débat, les scores finaux peuvent être visualisés et discutés.

Si vous avez des remarques et/ou des questions, ou si vous avez vous-même déjà expérimenté des dispositifs analogues, n’hésitez pas à en discuter ici.

Merci.

16 réflexions sur “Stimuler et évaluer les débats oraux avec Classdojo

  1. Pingback: Stimuler et évaluer des débats oraux en PPO, Explo et SE | Domaine du développement professionnel

  2. Pingback: Wiki eLearn² activités d’apprentissage en ligne | Elearn²

  3. Pingback: Débat (Wiki Elearn²) | Elearn²

  4. Pingback: Quelles pratiques ? | Kanaga

  5. Bonjour
    Connaissez vous une application permettant de comptabiliser la prise de parole de chaque Elève?
    Il y aurait la liste des élèves, et en cliquant sur un nom, on aurait un compteur d’intervention’… Qqch du genre?

    J'aime

  6. Bonjour à tous,

    Je suis enseignant en élémentaire (CM1/CM2) et je reprends ici un message que j’ai déjà laissé sur des sites de collègues pour avoir des éclaircissements quant aux problèmes juridiques que poserait Classdojo. J’utilise Beneyluschool depuis plus de deux ans maintenant et, pour cette année scolaire, j’avais commencé Classdojo dont on nous avait parlé en formation numérique Canopé. J’en étais très satisfait et élèves et parents étaient ravis. En le montrant à mon IMF TICE de la circonscription, il eut des craintes par rapport au lieu de stockage des données. En effet, il est interdit d’héberger ou de stocker des données personnelles hors Europe (et même France de préférence… d’où le retour de Beneylu en France il y a quelques années). Pour en avoir le cœur net, j’ai envoyé un courriel à la CNIL et ils m’ont répondu le message suivant (en date du 03/11/15) :

    Monsieur,

    Vous avez saisi la Commission d’une demande de conseil portant sur le site « ClassDojo » qui permet, notamment, de noter les points positifs et les points à améliorer sur une journée pour les élèves d’une classe et offre un accès à ces informations aux représentants de l’élève qui se connectent à la plateforme grâce à un identifiant et un mot de passe.

    A première analyse, « ClassDojo » semble être une plateforme américaine. Il est donc fort probable que les données à caractère personnel des personnes concernées fassent l’objet d’un transfert vers les Etats-Unis. Or, j’attire votre attention sur le fait que, par une décision du 6 octobre 2015, la Cour de Justice de l’Union Européenne a invalidé le safe Harbor, accord entre les Etats européens et les Etats-Unis qui devait assurer un niveau de protection des données personnelles satisfaisante (voir notre article ICI).

    Dès lors, aucun transfert de données personnelles vers les Etats-Unis ne peut intervenir sur la base de cet accord. Les responsables de traitement européens doivent préférer le recours à des prestataires ou partenaires n’impliquant pas de transfert vers les Etats-Unis. Si un tel transfert est indispensable, il doivent, en toute hypothèse, l’encadrer par des clauses contractuelles types. Sur ce point, je vous invite à prendre connaissance des documents édités par la CNIL (ICI).

    Dans le cas de « ClassDojo », il convient en premier lieu de vérifier si ce site héberge les données personnelles aux Etats-Unis. Dans l’affirmative, il est recommandé de ne pas recourir à cette solution qui impliquerait un transfert de données interdit.

    En tout état de cause, de manière générale, le recours à des applications offrant des outils pédagogiques ou de vie scolaire aux enseignants ou établissements scolaires doit faire l’objet d’une formalité préalable auprès de la Commission, par le responsable de traitement. Sur ce point, compte tenu des éléments dont je dispose, il semble que le recours à une tel type d’application constitue un téléservice de l’administration électronique, au sens de l’article 27-II-4° de la loi du 6 janvier 1978 et doive, dès lors, faire l’objet d’une demande d’avis (ICI) de la part de votre école.

    Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.

    Cordialement,

    Mahalia Galié-Blanzé

    Juriste au service des affaires régaliennes et des collectivités territoriales
    01 53 73 23 93
    8 rue Vivienne
    CS 30223
    75083 PARIS Cedex 02

    Au milieu de tout le charabia juridique, les mises en garde sont claires et nettes, l’interdiction de transfert de données est malheureusement formelle et en faisant remonter à mon IMF TICE, il m’a » très fortement recommandé » (et non ordonné n’étant pas mon supérieur hiérarchique) d’abandonner cette application. J’ai donc laissé tomber à contrecœur Classdojo. En contactant les administrateurs de Beneyluschool sur un éventuel système d’évaluation du comportement qu’ils mettraient en place, ils ont précisé connaître Classdojo et travailler sur un outil d’évaluation mais pas pour cette année en tout cas. Maintenant reste à savoir s’il sera bien dédié au comportement et facile à gérer dans l’immédiat ou s’il s’agira d’un outil d’évaluation complet sur toutes les compétences scolaires plus difficile à gérer rapidement en classe.

    Le mieux serait peut-être de contacter les administrateurs de Classdojo et de leur envoyer ce message de la CNIL pour qu’ils puissent nous dire si, selon eux, l’utilisation en France est possible ou non. Il semble qu’un administrateur de Classdojo (Manoj Lamba) soit entré en contact avec vous : auriez-vous s’il vous plaît la possibilité de lui faire suivre le message de la CNIL ? Sinon, il reste un courriel au ministère en leur montrant les contradictions des différentes administrations (CNIL, Académie de Paris…).

    Voilà mes connaissances pour l’instant en la matière… Si quelqu’un a plus d’infos ou prend contact avec Classdojo ou le ministère, je suis preneur. Merci d’avance.

    Bonnes vacances à ceux qui y sont encore et bon courage à ceux qui ont repris ou qui reprennent !

    J'aime

  7. Bonjour François,
    Merci pour votre réponse.
    J’avais en effet pensé à mettre uniquement à limiter les informations privées comme le nom de famille en ne maissant que les prénoms avec l’initiale du nom. Mais après le courrier de la CNIL, les craintes de mon IMF TICE (et les miennes également) étaient toujours présentes. Ainsi, les remarques sur le comportement d’un élève dans l’école peuvent-elles être considérées comme faisant parties de l’ordre du privé ou du public ? Si ce ne sont que des bavardages, cela ne peut pas constituer une information privée de grande importance, mais la présence d’avertissements pour manque de respect ou violences pourrait effectivement porter préjudice à son auteur si ces informations ne sont pas clairement protégées.
    Autre point que vous soulevez : les parents qui se connectaient laissaient également leurs adresses de courriels, ce qui est une donnée privée.
    J’ai bien lu les pages d’aide que vous m’avez envoyées et celles-ci tendent, bien entendu, à rassurer l’utilisateur sur les moyens mis en œuvre pour protéger la sphère privée. Je ne conteste d’ailleurs pas que ce système soit performant et en adéquation avec les mesures légales à prendre en la matière, cependant elles le sont par rapport aux textes américains et non par rapport aux textes français et/ou européens.
    Je vais donc peut-être tenter d’envoyer un mail à la personne de contact à Class Dojo (en utilisant mon meilleur vocabulaire anglophone… et en faisant confiance à quelques traducteurs gratuits en ligne…) afin de voir s’ils ne peuvent pas se rapprocher de l’administration française pour « légaliser » l’utilisation de Class Dojo dans l’Éducation Nationale.
    Je vous tiendrais au courant des nouvelles si je me lance dans ce projet.

    J'aime

    • Bonjour, je vous remercie beaucoup pour la justesse de vos scrupules et la précision de votre recherche d’informations. En effet, le droit américain n’est pas le nôtre. Une démarche auprès de ClassDojo s’impose à ce stade : si cette compagnie entent se développer en France, elle doit se soucier en priorité d’une mise aux normes juridiques. Merci de nous tenir au courant !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s