Les élèves le font : des débats Belgique-Québec en visioconférences

Romain Gérard : Speech balloons

Et sinon, la pédagogie par projets, comment va-t-elle ? Elle va bien ! Et cela grâce aux élèves eux-mêmes, et à l’inititative de deux formidables collègues québécoises, Annie Turbide  et Monique Lachance. Ensemble, nous avons en effet organisé (17/2/15) une série de quatre débats en visioconférence : huit équipes d’élèves en binômes, constituées à partir de nos classes de l’École secondaire Cardinal-Roy (Québec) et de l’École européenne Bruxelles 1 (Belgique) : côté québécois, les élèves du cours d’éthique et culture religieuse de 5e secondaire (16-17 ans) ; côté belge, des élèves (16-17 ans) du cours de philosophie. Les thèmes des débats été extraits de l’ouvrage de Michel Serres, Petite Poucette (2012), au centre de l’évènement organisé par le refer-edu : “Le numérique à l’école, entre humanisme et utilitarisme » :

1. Avec Internet, plus besoin d’aller à l’école. 2. Aujourd’hui, apprendre par coeur est inutile. 3. Avec les réseaux sociaux, on n’est plus jamais seul. 4. Internet rend l’humanité plus tolérante.

La forme choisie pour les débats dérive format anglais « Mace debate« , avec une structure rigoureuse.

format débat

(L’organisation générale des débats est décrite sur ce document.)

Les élèves volontaires ont préparé avec enthousiasme les argumentations sur les positions qui leur ont été imposées, puis ils les ont défendues vaillamment — durant leur semaine de vacances ! . Ils ont pris le risque de la prise de parole dans une exercice exigeant, entre deux continents.  Ils n’ont pas démérité !

Voici donc une riche expérience que la technologie rend désormais facilement possible. Je ne doute pas que nous recommencerons très vite : les élèves le réclament, et nos aussi !

///////// PRESSE /////////

« Des jeunes du Québec et de la Belgique débattent sur le numérique en éducation« 

Une visite au Bett 2015

logo_bettAu Bett Show (le salon annuel international des technologies éducatives ou “edtech »), une visite d’une journée expose à toutes sortes d’impressions, allant de l’enthousiasme techno-pédagogique à l’accablement techno-commercial… De plus, il est difficile d’échapper à une vue partielle de ce salon, de taille gigantesque, avec un nombre impressionnant d’exposants, d’orateurs et de visiteurs. Le Bett est un lieu contrasté, démesuré, commercial, — mais aussi stimulant et intelligent. Un déferlement de matériels et de services (avec une douzaine d’entreprises françaises), mais aussi des éducateurs passionnés et passionnants par leurs idées et leurs pratiques.

Lire la suite

Des badges numériques ouverts pour suivre et valoriser les compétences (en philosophie)

openbadgesJ’initie au second semestre de cette année scolaire 2014-2015 un projet de badges numériques ouverts dans le cours de philosophie. L’objectif est d’intensifier la motivation des élèves à travers la valorisation des compétences acquises. L’outil numérique utilisé permet en outre aux élèves de publier, s’ils le veulent, les badges de leurs compétences.

N.B. : version à jour de cet exploration des badges dans le cours de philosophie sur cette page.

Lire la suite

Des fiches individuelles de suivi des compétences (puis des badges)

Comment transcire le développement des compétences des élèves ? Comment le visualer, l’expliciter et le suivre ?Comment aussi engager les élèves dans le suivi de leur progrès ? Voici quelques idées, allant du papier (« bons points » et fiches de relevés) aux badges numériques ouverts…

Lire la suite

Tetrapharmakon pédagogique ? Les « 4 C » pour l’apprentissage profond

L’infatiguable Christophe Batier m’a entraîné dans quelques réflexions générales autour de l’apprentissage, capturées sur le plateau TV de l’Université d’été Ludovia #11.

J’y parle avec lui des différents niveaux d’apprentissage (de surface, stratégique et profond : voir Ken Bain) et des « 4 C » qui peuvent former un « tetrapharmakon pédagogique » pour l’enseignant :

  • pensée Critique,
  • Collaboration,
  • Communication,
  • Créativité.

Ludovia.com a publié ces entretiens, avec quelques petits textes d’accompagnement :

Lire la suite

Lire à l’écran : (re)tournons (à) la page

image : licence CC Martin GommelNos élèves (9-16 ans) font face aux écrans trois heures et demie par jour en moyenne, hors du temps scolaire : 88 minutes sur Internet et 2 heures devant la télévision (EU Kids Online Final Report, 2012). Certes, derrière le déferlement des images, Internet assure aussi « une formidable promotion de l’écrit » (J.-P. Terrail, entretien sur skhole.fr).

Mais les écrans promeuvent une lecture spécifique, qui tend à s’opposer à la lecture classique. Dès lors, comment favoriser la lecture classique sur les écrans des terminaux numériques ?

Lire la suite