Suivre des tâches avec des points XP et des badges

De nombreux enseignants — avec ou sans le numérique — se tournent vers la ludicisation pour transformer l’apprentissage en jeu, ou pour qu’une activité d’apprentissage soit perçue comme ludique.

Dans cette perspective, j’ai été inspiré par un bricolage de l’inépuisable Alice Keeler. Il s’agit de permettre aux élèves et aux étudiants de marquer et de visualiser l’accomplissement de leurs tâches via un tableur, délivrant des points d’expérience, des badges de niveaux et éventuellement des badges de compétences. Je propose ici une traduction de ce tableur, quelques consignes et une invitation à améliorer le dispositif.

Lire la suite

Auto-évaluation des élèves via un formulaire

Comme tout enseignant, j’évalue régulièrement le travail de mes élèves, l’évolution de leurs compétences et leurs résultats durant l’année. Mais ma perspective peut être partielle, et je manque souvent de temps passé avec chaque élève pour affiner ma vision. Dans le « meilleur des mondes » scolaires, j’aimerais prendre le temps de m’entretenir individuellement avec chaque élève lors de séances « bilan » ou même d’organiser des coévaluations entre pairs (je ne sais pas encore faire cela)…

En attendant, avant de remplir les bulletins scolaires, je demande aux élèves de me communiquer leurs auto-évaluations (je tiens alors évidemment compte de leur point de vue, — même si le jugement final me revient).

A cela s’ajoute une évaluation du cours lui-même, donc de mon travail. J’essaie de considérer autant que possible les remarques des élèves pour améliorer mes pratiques.

Cette démarche m’est devenue indispensable. Pour la rendre plus efficace, j’utilise des formulaires numériques. Voici la description de ce dispositif, dans son état actuel.

Lire la suite

Une séance de sensibilisation aux dépendances

NORMATYL. Psychotrope abrasif multispectre. Pour fièvres déviantes – Vertiges protestataires (2007) — Œuvre de Laurent d’Ursel (www.loeuvrette.be) ; graphisme Hélène Taquet.

Dans mon établissement comme ailleurs, les élèves sont exposés aux dépendances et aux usages problématiques de diverses consommations (tabac, alcool, drogues dites « douces », jeux vidéos, vie sur-connectée…). Parmi diverses mesures, la direction et des conseillers d’éducation m’ont demandé d’explorer une activité de sensibilisation originale dans notre lycée , avec l’aide d’Emmanuelle Kantorow, intervenante spécialiste de l’association Infordrogues.

Ensemble, nous avons choisi de nous adresser à des élèves de troisième et de seconde, un âge sensible pour les premières dépendances. Il ne s’agissait évidemment par de faire de la prévention par la peur (peu efficace), mais de susciter la réflexion et le dialogue autour des consommations et des dépendances.

Voici le canevas de cette activité de 3 heures environ. L’opération nous semble avoir bien fonctionné sous cette forme, — qui reste certainement à améliorer.

Lire la suite

Enregistrer et communiquer des commentaires oraux

Diffuser aux élèves des commentaires audios personnalisés sur leurs travaux, cela peut être très utile. Mais comment faire ? Voici une proposition de dispositif combinant :

  • une application mobile d’enregistrement (Chirbit)
  • un service de publipostage (via Google Drive).

Ce dispositif me semble efficace et apprécié par les élèves. Lire la suite

Un visualiseur et un idéateur pour les gestes du travail intellectuel

Voici un petit dispositif combinant un visualiseur (caméra de document) et un idéateur (logiciel de carte d’idées) pour enseigner les gestes du travail intellectuel et conserver des traces structurées. Voici ce dispositif, présenté dans le cadre d’une étude de texte menée en classe.

Lire la suite

A la rencontre de Petite Poucette, par-delà les frontières

À l’invitation l’édition 2015 du REFER (Rendez-vous des écoles francophones en réseau) et plus spécialement de Monique Lachance (@lacmonique) et de Nathalie Couzon (@nathcouz), la réflexion a été engagée sur le thème “Le numérique à l’école : entre humanisme et utilitarisme”.

Des élèves de mes cours de philosophie (niveau première) se sont lancés dans des projets collaboratifs avec des camarades de France et du Québec (voir “Rendez-vous transatlantique avec Michel Serres et le Refer”, par Jean-Michel Le Baut, — qui alui-même participé activement avec ses élèves). Plusieurs projets ont été menés.

1) Un travail d’écriture multimédia autour de Petite Poucette, le récent essai de Michel Serres consacré aux mutations de notre monde. Les productions des élèves (textes, vidéos, cartographie, animations…) sont venues enrichir l’ouvrage du philosophe, au moyen d’une publication en réalité augmentée (visualisable via les smartphones, application Aurasma).

2) Des débats ont été organisés entre quelques élèves de l’Ecole européenne Bruxelles I et de  l’École secondaire Cardinal-Roy (Québec), en collaboration avec l’excellente Annie Turbide (@aturbide).
Quatre affirmations ont été mises en débat : “Avec Internet, plus besoin d’aller à l’école“, “Aujourd’hui, apprendre par cœur est inutile”, “Avec les réseaux sociaux, on n’est plus jamais seul”, “Internet rend l’humanité plus tolérante”.

En équipes de deux — hors des heures de cours —, les élèves ont préparé leurs argumentaires (en communiquant par Skype et Facebook et en élaborant des cartes d’idées collaboratives). Les débats ont eu lieu en visioconférences — pour les miens, durant les vacances de février ! Ils ont donné lieu à des rencontres et à des échanges très stimulants.

3) Deux discussions ont été enfin organisées entre des équipes mixtes belgo-québécoises et le philosophie Michel Serres lui-même, très merveilleusement disponible. Après avoir préparé collaborativement leurs argumentaires, les équipes mixtes d’élèves ont échangé en visioconférence avec Michel Serres (présent depuis la France). L’évènement a été transmis le 18 mars en webdiffusion, dans le cadre du colloque du REFER (Montréal).

Je remercie mes collègues canadiens et français pour leur joyeuse énergie, et surtout les élèves qui se sont lancés avec enthousiasme dans cette aventure, conjuguant leur intelligence et leur créativité pour inventer l’école d’aujourd’hui, pour explorer ou inventer de nouveaux territoires pédagogiques.

“Espace de circulation, oralité diffuse, mouvements libres, fin des classes classifiées, distributions disparates, sérendipité de l’invention, vitesse de la lumière, nouveauté des sujets aussi bien que des objets, recherche d’une autre raison… : la diffusion du savoir ne peut plus avoir lieu dans aucun des campus du monde, eux-mêmes ordonnés, formatés page à page, rationnels à l’ancienne, imitant les camps de l’armée romaine. Voilà l’espace de pensée où habite, corps et âme, depuis ce matin, la jeunesse de Petite Poucette.”
Michel Serres

Des “tracts” numériques pastiches pour renforcer la compréhension des élèves

Philo_Party___SmoreUn bon test de la compréhension des élèves est leur capacité à utiliser le matériel enseigné et, notamment, à le transformer de manière créative. Un tel exercice présente des avantages :

  • il offre une respiration ludique et collaborative dans le cours ;
  • il permet d’impliquer les élèves par des activités ludiques — tout en soulignant qu’ils ne peuvent jouer sans une certaine maîtrise des contenus ;
  • il permet d’enseigner les règles et les techniques de la publication en ligne (sans oublier les enjeux visuels).

Typiquement, à partir du matériel du cours, le travail demandé aux élèves est d’imaginer et de réaliser une page annonçant un évènement fictif (colloque, concert, sortie d’ouvrage, annonce, publicité…). Cette activité est facilement déclinable dans chaque discipline et chaque niveau. Elle permet aux élèves de s’approprier des contenus disciplinaires en jouant à les détourner (on ne comprend bien que ce que l’on peut transformer). Elle leur permet aussi de s’approprier des outils et des savoir-faire de la publication numérique.

Cette activité nécessite des ordinateurs connectés ou des terminaux mobiles (certaines applications ayant des versions mobiles ou étant adaptés aux écrans mobiles). Les élèves utilisent une application en ligne (généralement gratuite).

Voici une sélection d’applications.

Lire la suite