Des lettres d’auto-évaluation pour une évaluation conversationnelle

Cher professeur

Briser le monopole de l’évaluation

Puisqu’il s’agit de développer l’autonomie des élèves, toutes les occasions sont bonnes pour les « sortir du siège de passager » et « les placer au volant » de leur apprentissage (selon la métaphore filée par Ike Shibley dans « Putting Students in the Driver’s Seat« ).

L’enjeu est particulièrement sensible concernant l’évaluation : on sait quel puissant levier d’apprentissage constitue l’auto-évaluation, comme l’a documenté John Hattie. Mais on sait aussi à quel point le monopole des enseignants dans l’évaluation rend les élèves passifs dans leur apprentissage, comme le rappelle Arthur Chiaravalli (« Teachers Going Gradeless. Toward a Future of Growth Not Grades« ) :

Capture d_écran 2017-04-23 à 18.13.32

Comme le formume Catlin Tucker :

« Like too many aspects of edu, students play a passive role in the traditional grading system. »

Entrer en correspondance

Dès lors, pourquoi ne pas impliquer explicitement les élèves en leur proposant de rédiger régulièrement des lettres d’auto-évaluation ?

Inspiré par Arthur Chiaravalli (et ce qu’il nomme « linked letter »), je demande désormais à mes élèves de rédiger et de m’envoyer des lettres d’auto-évaluation (en voici les consignes). Voici des exemples de belles lettres d’élèves (au format Word) auxquelles je réponds par des commentaires :

S6PH2B_auto-évaluation_-_mi-semestre_2_docx__Mode_de_compatibilité_

eleve2

S6PH2A

Maintenir la conversation

L’exercice est très fructeux et contribue à développer une culture de l’évaluation formative continue et conversationelle. Comme le formule encore Arthur Chiaravalli : « The goal is to “keep the conversation going” as long as possible. »

going

C’est la même idée que propose d’ailleurs Catlin Tucker : “Conversations Instead of Grades. »

Entrer dans la danse ?

La correspondance en ligne est riche (notamment par les traces qu’elle génère), mais elle ne remplace pas de véritables entretiens individualisés. Cependant, il est difficile d’organiser de tels entretiens individualisés avec les élèves, en raison de la difficulté d’en trouver le temps et le lieu. Certes, on pourrait imaginer des entretiens vidéos, mais ici encore on déborde fortement le temps de la classe…

Une piste a cependant retenu mon attention : le dispositif de la rotation d’ateliers (« Station Rotation Model ») proposé par Catlin Tucker, couplé à sa proposition de ne jamais évaluer hors de la classe (« Stop Taking Grading Home« ).  — A explorer !

Apprendre à rédiger avec un tableur

Capture d’écran 2017-04-22 à 00.00.57.png

L’enseignant est un architecte de situations d’apprentissage. Celles-ci sont efficaces quand elles permettent des rétroactions rapides et fréquentes, allant dans le sens d’un suivi fin et d’une véritable conversation. Dans cette perspective, l’utilisation d’outils numériques se justifie lorsque ceux-ci apportent — mieux que le papier — de telles possibilités d’interaction et de collaboration (immédiates ou différées), mais aussi de publication. Tel est le cas des tableurs, notamment dans leurs versions en ligne. 

L’usage du tableur se justifie aussi par la nécessité de développer la littératie numérique des élèves, autrement dit leur capacité à travailler avec les outils numériques fondamentaux. Or le tableur fait pleinement partie de tels outils. Il est dès lors important pour les élèves d’être formés à l’utilisation du véritable couteau suisse numérique qu’est le tableur. Cet outil ne sert pas qu’à effectuer des calculs : les données organisées dans des grilles peuvent être des textes.

Flexible, polyvalent et désormais en ligne (donc partageable et collaboratif), ses potentialités en font un outil de choix pour la conception de situations d’apprentissage. Pourquoi ne pas explorer plus avant ses potentialités pour des activités de recherche, d’écriture et d’évaluation ?

The answer is always a spreadsheet.
— Alice Keeler, @alicekeeler

Lire la suite

Suivi des prises de paroles négociées et des compétences avec un tableur

capture-decran-2017-02-18-a-21-18-14Un billet précédent a expliqué comment utiliser un tableur pour suivre des activités de prises de paroles négociées en groupes. Le but est ici d’inciter les élèves à élaborer collaborativement des réponses, et à prendre davantage la parole.

Je propose une version incluant le suivi de compétences. Le but est d’inciter les élèves à mettre en œuvre certaines compétences utiles dans l’apprentissage. Le tableur permet de de demander et de valoriser les compétences voulues dans les prises de parole.

Dans le cas de cours de philosophie, par exemple, j’attends que les prises de paroles comportent du questionnement, de l’argumentation, de la précision conceptuelle et des références à la culture philosophique et générale. Le tableur permet aussi de visualiser ces compétences par des badges ou des pictogrammes.

  • Voici une explication en vidéo.

Comme toujours, cette proposition très améliorable attend vos remarques avec curiosité.

Un tableur pour suivre des prises de paroles négociées en groupes

Capture d’écran 2017-02-18 à 21.19.36.pngPour animer et « ludifier » en classe les travaux de groupes, j’avais présenté un tableur pour suivre les scores de travaux en « îlots bonifiés ».  Après avoir poursuivi cette activité, je propose une nouvelle version, quelque peu allégée, du tableur. L’outil est ici Google Sheets, mais on peut facilement utiliser une autre application (Excel, Numbers, OpenOffice, Framacalc.

N.B. : je propose également une version prenant en compte le suivi de compétences.

Comme toujours, ceci est un travail en cours d’amélioration, qui bénéficiera résolument de vos remarques.

Une rubrique dans un tableur : évaluer plus efficacement les élèves

grilleLes enseignants cherchent à rendre les évaluations moins chronophages et plus utiles pour les élèves.
L’intérêt des grilles est ici connu : elles encadrent la subjectivité de l’évaluateur et réduisent la portée de certains biais de jugement, elles améliorent la fidélité et la stabilité des évaluations, elles ont généralement la faveur des apprenants, elles génèrent des traces d’apprentissages, elles améliorent la rapidité de l’évaluation (voir ce qu’en dit l’Université de Genève).
Voici une proposition d’utilisation de grilles d’évaluation avec un tableur en ligne. L’outil choisi est Google Sheets, dont certaines fonctions avancées (création de documents et publipostage) ne sont à ma connaissance pas encore disponibles dans les autres outils. Ce dispositif est bien entendu adaptable à différentes situations d’évaluation, pour différents niveaux scolaires et différentes matières.
N.B. : j’avais déjà présenté un dispositif basé sur un formulaire lié à un tableur (« Corriger des copies avec un formulaire« ) ou un autre basé sur des copies numérisées au format pdf (« Corriger numériquement (et efficacement) des copies papier »).

Lire la suite

Entrons dans la légende

Pour diversifier les activités de lecture et d’écriture, je propose un exercice dans lequel le élèves écrivent des légendes d’images illustrant des textes. Cette activité utilise des formulaires en ligne (collecte des légendes) et des feuilles de calcul (consultation et traitement des propositions). Elle est facilement transférable et adaptable à de nombreuses situations pédagogiques.

Lire la suite

Formulaires de suivi autonome et formatif des devoirs

qSuivre les travaux de nos élèves est une tâche importante. Cette tâche peut cependant devenir fastidieuse en évaluation formative, lorsque l’enseignant accorde une marge de manœuvre aux élèves pour le choix, le rythme et le délai de remise des travaux : qui a rendu ? qui n’a pas rendu ? qui a commencé et non finalisé ? qui a repris son travail pour l’améliorer ?… Pourquoi ne pas alors responsabiliser davantage les élèves en leur confiant une bonne partie de cette tâche de suivi ? Et comment le faire numériquement ?

Je propose un dispositif basé sur des formulaires de suivis dynamiques (l’enseignant peut ajouter progressivement des entrées correspondant aux nouveaux exercices), individualisés et modifiables (chaque élève peut modifier l’état d’avancement de ses propres travaux).

L’outil proposé est Google Forms, accessible avec un compte Google (non nécessaire pour les élèves). Cet outil permet aussi de générer des statistiques au format graphique à partir des réponses qui remplissent automatiquement un tableur en ligne.capture-decran-2016-10-09-a-20-56-26

Lire la suite