Exploration des potentialités d’un blogue d’élèves

Puisque les blogues sont efficaces…

Comme on le sait, l’utilisation de blogues en contexte scolaire a des effets très positifs. Des pionniers ont en suffisamment témoigné (comme Mario Asselin), et la recherche l’a bien établi, comme le résume cette capsule :

• les conditions affectives : les blogues sont appréciés et motivent les élèves
• les différents contextes d’utilisation : leur utilisation est rapide et flexible, en plus de fournir une ouverture intéressante sur le monde ;
• le déroulement de l’apprentissage : les élèves ont tendance à s’impliquer davantage dans leur écriture lorsque celle-ci s’effectue sur un blogue ;
• les performances : les élèves écrivent davantage (mais la qualité des écrits demeure un enjeu).

… je me lance avec les élèves et voici le Philo Blog

Ce n’est qu’en fin d’année scolaire 2015-2016 (mai et juin) que je me suis enfin lancé avec mes élèves de première (avant-dernière année du secondaire, cours de philosophie). Voici l’adresse : www.philosite.eu.

Capture d’écran 2016-07-24 à 21.59.14L’expérience a été stimulante et de nombreux élèves m’ont témoigné leur désir de poursuivre cette démarche. J’ai notamment vu des élèves s’impliquer plus qu’à leur habitude dans le projet, et j’ai découvert de nombreuses possibilités pédagogiques (déjà appliquées ou en projet).

J’ai choisi l’outil WordPress (un système de gestion de contenu libre, très populaire et bénéficiant d’une immense offre d’extensions), avec un hébergement en France (nom de domaine en « eu »). J’ai aussi acheté un modèle graphique pour la mise en page et certaines fonctions.

Des consignes d’écriture

Les consignes d’écriture ont été assez classiques.

  • Chaque élève propose un billet dans un document d’écriture partagé avec moi (Google Docs), sur un thème lié au cours de philosophie et avec quelques contraintes de contenu (références philosophiques, questionnement, liens, mots-clés), d’illustration (une image libre de droits) et de forme (volume de texte limité…).
  • Lorsque le texte est publiable, l’élève le place dans un billet sur l’interface en ligne de WordPress (accès au blog via un compte personnel) et règle le billet en état « publier : prof » (grâce à l’extension Edit Flow, qui permet aussi de faire des commentaires éditoriaux sous chaque billet, lisibles seulement par l’élève et l’enseignant).

ChZYpy3WIAAm-_X

  • Détenant les droits de publication, je publie alors le billet sur le blog (l’élève reçoit un courriel automatisé).
  • L’élève doit ensuite commenter au moins un billet d’un pair, et répondre aux commentaires qui lui seront adressés.

tags-154276_960_720Des scores d’activités : vers des badges ?

De façon exploratoire à ce stade, j’ai essayé diverses extensions permettant de générer des scores. Je retiens l’intérêt de MyCred, qui permet de paramétrer et d’attribuer automatiquement des points pour différentes actions des élèves sur le blog : se connecter, écrire un billet, écrire ou recevoir un commentaire… Cette extension permet aussi possible de générer des badges correspondant à certains scores.

Il y a là des éléments d’engagement, de traces de profils et de classements que je dois encore explorer.

L’effet « public »&

Le fait d’écrire dans le cadre d’une réelle publication donne un enjeu particulier à l’activité : la présence d’un public — au moins potentiel — incite à soigner le propos.

Clive Thompson expose bien ce phénomène classique vivifié par le numérique (Smarter Than You Think, 2013) :

Social scientists call this the “audience effect”— the shift in our performance when we know people are watching. It isn’t always positive. […] But studies have found that particularly when it comes to analytic or critical thought, the effort of communicating to someone else forces you to think more precisely, make deeper connections, and learn more. […]
Researchers have found similar effects with older students and adults. When asked to write for a real audience of students in another country, students write essays that are substantially longer and have better organization and content than when they’re writing for their teacher. When asked to contribute to a wiki— a space that’s highly public and where the audience can respond by deleting or changing your words— college students snap to attention, writing more formally and including more sources to back up their work.

Des interactions avec des pairs et des experts

J’ai aussi cherché à faire participer des personnes tierces.

  • J’ai initié une collaboration avec une collègue d’un lycée francophone en Angleterre, et quelques-uns de ses élèves ont écrit des commentaires . J’intensifierai cette pratique dès septembre prochain (avec d’autres établissements, notamment de mon réseau actuel des écoles européennes).
  • Dans les billets et les commentaires, des questions sont apparues concernant l’histoire, la biologie, l’économie, l’histoire littéraire…  J’ai proposé des collègues enseignants d’autres matières d’intervenir librement au titre de leurs expertises propres. Voici de petits dialogues interdisciplinaires facilement mis en œuvre.
  • J’ai aussi contacté des experts extérieurs qui, de façon merveilleusement disponible, ont accepté d’intervenir : André Comte-Sponville (philosophe), Patrick Henry (avocat), Manuel Cervera-Marzal (spécialiste en sciences politiques), Yvon Quiniou (philosophe)… Effet de réalité garanti auprès des élèves !

Dès lors, en tant qu’enseignant, je ne suis pas qu’un concepteur d’activités pédagogiques, mais aussi un « acteur social engagé dans des projets collectifs » (L. Paquay, « Vers un référentiel des compétences professionnelles de l’enseignant ?, Recherches et Formation, n°15, juin 1994, p. 7-38).

Apprendre l’éthique de la discussion.talon10.jpg

Les échanges dans les discussions ont été généralement de qualité, mais ils ont parfois pris un tour pénible, du fait d’une poignée d’élèves cultivant un style de critique ampoulée — amusante la première fois, mais devenue vite un frein à la critique constructive et aux échanges réfléchis.

J’ai donc proposé une petite charte d’éthique de la discussion, largement inspirée du MOOC de l’ULB : “Développer sa pensée critique”.

Cet épisode m’incite à accentuer l’apprentissage des règles éthiques de la discussion rationnelle avec mes élèves, qui relève d’une compétence fondamentale à l’ère des médias numériques. Cela s’ajoutant à l’apprentissage des règles logiques de la discussion rationnelle, comme cela est souvent si bien pris en charge par le « critical thinking » (pensée critique) dans les écoles et universités anglophones.

Je modère à ce stade les commentaires, mais je réfléchis à des délégations de responsabilité pour la modération. J’utilise aussi une extension payante très utile pour la modération et l’affichage des commentaires : wpDiscuz.

Des affordances

Je n’ai conduit ce projet de blogue que sur deux mois (mai et juin 2016), mais cette expérience m’a convaincu de l’intérêt de le poursuivre dès la rentrée prochaine. J’anticipe de nombreuses potentialités (affordances) pédagogiques et des variations dans la forme des billets, dans leur contenu et dans la collaboration des élèves…

Photo « micro » / CC BY-SA

2 réflexions sur “Exploration des potentialités d’un blogue d’élèves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s