Évaluer avec O365 : état des lieux

book-homework-learning-7354.jpg
Sur la base de mon expérience et de l’état actuel des outils et des services, je propose un état des lieux de l’utilisation d’Office 365 (version éducation) comme espace numérique d’apprentissage (ENA, LMS), et plus particulièrement comme moyen de distribuer, de collecter et d’évaluer des exercices dans le cadre d’évaluations formatives.
Office 365 permet organiser le travail des élèves de différentes manières, avec différents outils. Les outils principaux sont : OneNote (avec le module complémentaire Bloc-notes OneNote pour la classe) et Teams. On peut aussi utiliser le courriel (Outlook), le traitement de texte (Word Online) et le tableur (Excel online), ainsi que les formulaires (Forms). On peut enfin, de manière plus avancée, explorer les usages de Sharepoint et de PowerApps.

Lire la suite

Assessing students with O365: my (current) state of the art

[Originally published in French]

Based on my experience and the current state of tools and services, I propose an inventory of the use of Office 365 (education version) as a digital learning space (or Learning Management System), and more particularly as a means of distributing, collecting and assessing exercises as part of formative evaluations.

Office 365 allows students to organize their work in different ways, with different tools. The main tools are OneNote (with the OneNote Notepad add-on for the class) and Teams. You can also use e-mail (Outlook), word processing (Word Online) and spreadsheet (Excel Online), as well as forms. We can finally, in a more advanced way, explore the uses of Sharepoint and PowerApps.

OneNote

OneNote is an exceptionally versatile application that can be widely recommended. However, I hardly use it to follow the students’ work, because my teaching (philosophy in high school) focuses on writing exercises that I have to follow and mark up. However, in my experience, OneNote does not allow fine tracking of contributions, unlike one can do with MS Word. It does not allow to annotate a word or a sentence by a comment bubble that can give rise to a discussion. There are no automatic notifications or revision histories (at this time). As a result, monitoring students’ work is quite tedious.

Teams

Teams, introduced in 2017, is an application in continuous improvement and already very functional. This platform enables collaboration (via teams and thematic channels) and dynamic integration of multiple external services (via tabs).

T

Teams has a special homework management module. For example, an assignment can be distributed to students in a group, including a template or canvas document that will be duplicated for each student. Students’ submissions can then be tracked, with or without permission for late submission. Each work can be examined directly from the Teams interface.

In my experience, it works quite well. Students can write directly into the Teams interface on a Word Online document, then hand it in. The teacher can then review and annotate the work.

However, I note some limitations (which make Google Classroom a more advanced platform than Teams or OneNote, so far, for fine and continuous collaborative work).

• Students cannot see the comments posted in the document until the teacher has returned all the contributions to the whole class.

• The document returned by the teacher is automatically set to read-only for the student. The latter cannot then directly edit the document online (the teacher can nevertheless), but only with the desktop Word application (an improvement on this subject is announced by the Teams development team). The changes will be synchronized if the student logged into his account when Word was launched.

• The student may not resubmit a work, explicitly (with a notification for the teacher). This request seems to be being implemented and has been requested for quite some time.

The management of the work process is, therefore, a bit cumbersome. Indeed, the student must inform the teacher that he has made changes (the teacher not seeing this information spontaneously). It can do this via Teams’ chat service or via email, — but this will scatter information and complicate the follow-up work for the teacher (for example, the link to the document will not be automatically integrated).

In short, following a continuous writing activity can be quite laborious with Teams, in the state of features.

Forms + Word/Excel/Powerpoint…

One effective solution — the one I currently prefer — is to ask students to communicate their work via a form (Microsoft Forms) made available to them. Students communicate the link to share their work (hosted in OneDrive: very simple operation). The teacher will have been able to send them a document template beforehand (they will have uploaded it to their OneDrive).

The advantage is that submissions are archived in the spreadsheet associated with the form, which automatically enters the student’s identity (in the case of an O365 Education account). The form may contain other fields, such as whether it is a first submission or an improvement, as well as any other information the teacher deems useful.

The teacher can use the worksheet to enter evaluation and monitoring elements. It can group students according to the state and level of their work.

To communicate to students the status of their work (by reminding them of the link to their document), the teacher can do a mail merge.

For my part, I switch at this stage the data on Google Sheets, because I can then use an add-on module such as YAMM or FormMule. Microsoft does not currently allow direct mail to be generated using only online services.

Liste

N.B.: work by email only is to be avoided, because tracking becomes really tedious (unless perhaps a very rigorous nomenclature for email objects and document names). In the case of e-mail communication, the student must at least communicate the document sharing link, without directly attaching the document (this makes collaboration a little easier; the link can also be retrieved).

SharePoint & PowerApps

We are entering more advanced uses here, which I am only beginning to explore. I hope to be able to communicate on this subject soon. The idea is to ask students to submit their work via a form-like interface created with PowerApps, then process the submissions in SharePoint, with individualized mailing possibilities.

Let’s talk if you want about the best ways to organize work with students on O365.

Pechakucha : mon école en 2030

ludovia-affiche-a3-2018-hep-vaudA l’invitation de Lyonel Kaufmann (professeur formateur à la HEP-VD à Lausanne en Suisse), je me suis livré à l’exercice d’un Pechakucha sur le thème « Mon école en 2030 à l’heure des neurosciences et de l’intelligence artificielle« . Il s’agissait d’une séance de fin de journée lors de la première édition de Ludovia.ch, en compagnie de 6 autres intervenants (merci à Christophe Batier pour la mise en ligne de ces interventions) :

@batier,
@EricFourcaud,
@margaridaromero,
@mge_chevalier,
@ArianeDumt,
@lyonelkaufmann .

Le Pechakucha (du japonais ペチャクチャ : « bavardage », « son de la conversation ») est un format synchronisant une présentation orale à la projection de 20 diapositives se succédant toutes les 20 secondes, de préférence sans effets d’animations. La présentation dure ainsi exactement 6 minutes et 40 secondes. Ce format impose de l’éloquence, un sens de la narration, du rythme, de la concision, tout autant que de l’expression graphique.

Présenter sa vision de l’école en 2030 est un exercice de prospective, exposant forcément à quelque ridicule… Il permet cependant de mettre à plat certaines idées.

J’ai souligné l’importance d’appuyer l’enseignement sur des acquis scientifiques, notamment par la formation initiale et continue et par la recherche collaborative entre les enseignants.

J’ai cependant souligné l’importance de ne pas céder à un tentation scientiste par laquelle on jeterait dans linfrascientifiqutout ce qui ne relèverait pas des sciences cognitives. On peut en effet craindre une telle attitude en lisant certaines déclarations, telles que celle de Laurent Alexandre : « À partir de 2030 environ, l’éducation va sortir de l’âge du bricolage pour devenir une science exacte » (La guerre des intelligences, J.-C. Lattès, 2017). J’ai opposé en ce sens le modèle du soleil — la vérité unique — au modèle de la constellation — la vérité plurielle des sciences (je tiens cette opposition de Michel Serres, qu’il expose aussi dans cet entretien filmé).

J’ai aussi formulé l’espoir de voir l’école perdurer comme communauté d’apprentissage, mais en dépassant la classe unique. L’école de 2030, espérons-le, pourrait être plus efficace et perdre moins d’énergie (je tiens ce souci thermodynamique de conversations avec Jean-Louis Schaff).

Aidée des médiations de l’intelligence artificielle, elle pourrait permettre une plus grande individualisation des apprentissages (vers un préceptorat généralisé) et augmenter la diversité et la qualité des interactions sociales.

L’école ne disparaîtrait pas, mais retrouverait son essence, telle que formulée par Ken Robinson : « School: any community of people that comes together to learn with each other. » (Ken Robinson & Lou Aronica, Creative Schools: The Grassroots Revolution That’s Transforming Education, 2015).

 

The union of the real and the virtual

[Originally published in French]

The opposition between the real and the virtual is not really relevant, either from the point of view of our perceptive culture of the virtual or from the point of view of the history of the concept of the virtual. In fact, the virtual is a soft modality of reality, which can allow us to better tame its hard and current modality. Then let us celebrate the union of the real and the virtual!

According to our current perceptive culture: the virtual is not opposed to the real.

Reality is what it is. It is the set of things (res) and present events. It’s the totality of everything that happens. As such, the reality is never perceived. Montaigne, better than all, reminds us:

“we have no communication with being (nous n’avons aucune communication à l’être)” — Montaigne, Essais, II, 12.

If reality remains for us an unreachable horizon, we nevertheless reach phenomenal realities, individual or collective representations of reality. These representations are influenced by our nature, by our personal history, by our social and cultural environment, and also by our techniques.

Indeed, our devices are « phenomenotechnical devices » (Stéphane Vial, L’être et l’écran, 2013), because they influence our relationship to the world and the way phenomena appear to us. Therefore, any great technological revolution is at the same time an ontophanic revolution, affecting the way beings (in Greek: ontos) appear (phaïnô).

“Virtuality is an integral part of the ontophany of the contemporary world conditioned by digital devices. (La virtualité fait partie intégrante de l’ontophanie du monde contemporain conditionnée par les appareils numériques.)» (Vial, 2013).

We are now used to simulation via interfaces. In fact, the so-called « digital natives » generation has been used since its birth to seeing the world through screens and manipulating computer-generated simulations of reality via digital interfaces. For this generation, these are real things that are seen on the screens.

As Sherry Turkle (Life on the Screen) put it back in 1995:

“We have learned to take things at interface value.” (Turkle, 1995)

We have entered a culture of simulation, in which we increasingly substitute representations of reality for reality itself.

In fact, our relationship to virtual (computer simulated) objects is not affected by a feeling of unreality. The culture of simulation thus leads us to take what we see on screen for cash (« at interface value« ). In the culture of simulation, what works for us has all the reality we need.

According to the history of the concept: the virtual is not opposed to the real.

The concept of virtual goes back to Aristotle’s philosophy. Aristotle needed to forge this concept to find a solution to the antinomy of being asked by Parmenides: « Being is and Non-Being is not ».

To get out of this radical opposition, Aristotle proposes to define being in two ways: being in act (Greek: energeai ; Latin: in actu) and being in power (Greek: dunamis ; Latin: in potentia). The potential being exists as a promise, without manifest actualisation.

Thus, the marble block contains virtually the statue that will be actualized by the sculptor. Similarly, the tree exists virtually in the seed. Each time, the virtual exists, but without yet being there: potential existence is a real existence, the virtual is a real way of being. Scholasticism (medieval philosophy inspired by Aristotle) thus contrasts virtualis (from the Latin virtus: strength, power), not with « real », but with « actual ». Aristotle and all Western philosophy thus do not oppose the virtual to the real, but to the act.

However, panicked by digital simulation devices, many thinkers have affected the virtual by a coefficient of unreality. The virtual has often been opposed to the real and brought closer to the fictional, the imaginary, the dangerous simulacrum, the artificial, the illusory false, the inauthentic.

On the contrary, let us celebrate the union of the real and the virtual. The virtual is a soft modality of reality, which can allow us to better tame its hard and current modality.

On the same subject, see also the interview of François Jourde conducted during C2E 2017, an event organized by the Laboratoire Techné de l’université de Poitiers:

Quelques idées pour utiliser un service d’interaction et de rétroaction en classe

Dans le cadre de mes cours (philosophie en fin de secondaire), j’utilise régulièrement des services en ligne d’interaction. Je tente de tenir la liste de tels services sur cette carte (voir en particulier les dispositifs fonctionnant avec les terminaux mobiles des élèves). J’affectionne particulièrement Beekast pour son efficacité : via une interface ergonomique, il propose de nombreuses fonctionnalités permettant de dynamiser les cours (celles-ci sont exposées sur le site de Beekast). Les élèves participent avec leurs appareils connectés (essentiellement des smartphones, via le réseau Wifi).

Je propose ici quelques conseils d’utilisation de Beekast, basés sur mon expérience. Ces activités sont possibles avec la version gratuite de Beekast (comme avec éventuellement d’autres services d’interaction).

Lire la suite

Les noces du réel et du virtuel

L’opposition du réel et du virtuel n’est pas franchement pertinente, tant du point de vue de notre culture perceptive du virtuel que du point de vue de l’histoire du concept de virtuel. En fait, le virtuel est une modalité douce du réel, qui peut nous permettre de mieux apprivoiser sa modalité dure et actuelle. Célébrons alors les noces du réel et du virtuel !

Article initialement publié sur Ludomag.com.

Lire la suite

Visualiser l’état des travaux avec un tableur en ligne

1Le tableur Google Sheets s’accompagne de toute une collection de modules complémentaires (basés sur des scripts), permettant d’automatiser certaines fonctions. De nombreux modules complémentaires sont développés et gratuitement proposés par des enseignants, tels que l’ébouriffante Alice Keeler.

Alice Keeler propose notamment le module « Grade the Folder« , qui permet de renommer à la volée les fichiers des élèves selon leurs états d’avancement et d’évaluation. Elle explique ici le fonctionnement de ce module.

Je vous propose pour ma part un bref tutoriel expliquant comment utliser ce module et comment en améliorer l’usage par des émoticônes.

Ce dispositif fonctionne avec un compte personnel ou avec un compte scolaire (Google for Education).

N.B. : dans le cas où l’on ne travaille pas dans un environnement éducatif (Google for éducation), mais avec un compte Google personnel, la législation française interdit de d’utiliser des comptes privés d’élèves. Il reste alors possible de créer soi-même les fichiers individuels et de les partager individuellement aux élèves, en donnant des droits d’éditions en accès anonyme (chaque élève reçoit le lien vers le fichier qui lui correspond, mais n’a pas besoin de compte Google).

Les systèmes numériques de réponses : des anneaux d’invisibilité vertueux.

how_it_works_4

Dans une classe ou un groupe de formation, des dispositifs numériques permettent aujourd’hui de recueillir immédiatement des réponses et des interventions, — d’une tout autre façon qu’avec la traditionnelle main levée. Ces dispositifs utilisent désormais les terminaux des élèves (ordinateurs ou appareils mobiles), et non plus de simples boîtiers de vote ou télévoteurs. Il est ainsi possible de recueillir des réponses prédéfinies (QCM), mais aussi rédigées ou même visuelles (envoi de photographies) ou audio. On parle de « systèmes de réponses instantanées » (en anglais : « Audience response systems« ). Je m’efforce de tenir une liste de tels outils dans cette carte.

Grandes catégories de questions

On peut identifier deux catégories principales de questions posées lors de l’utilisation de systèmes de réponses (d’après Caldwell, 2007 et Faillet, Marquet, Rinaudo, 2013) :

  • questions visant à évaluer la connaissance des apprenants à des fins diagnostiques, formatives ou sommatives (c’est l’usage commun des questions à choix multiples, puis de l’examen des réponses sous la forme d’histogrammes) ;
  • questions visant à créer de l’interactivité dans l’apprentissage (par exemple dans une discussion, ou encore dans une rétroaction sur la compréhension du groupe afin d’ajuster le contenu d’un cours).

Bénéfices de l’anonymat

468x350-formation-parole

Pour chacune de ces situations, l’utilisation de systèmes de réponses offre une possibilité pédagogiquement très intéressante : la participation anonyme des répondants. En effet, l’anonymat « extrait le répondant du regard d’autrui qu’il s’agisse de celui du professeur ou de celui des autres élèves de la classe ». De ce fait, il lève en grande partie les « inhibitions dues à la peur, au regard des autres » (Faillet, Marquet, Rinaudo, 2013). Or, nous savons à quel point les élèves peuvent hésiter à répondre par peur de l’erreur, et cela particulièrement s’agissant des élèves français : comme le révèlent les enquêtes PIRLS et PISA, il y a « une véritable peur chez les élèves français de quitter les sentiers battus et de prendre le risque d’être hors sujet ou de commettre une erreur » (Charbonnier, 2013).

Dans le cas de la collecte de réponses libres, l’anonymat permet à l’enseignant d’évaluer et de discuter les propos plutôt que leurs auteurs. Cela est particulièrement important lorsque la réponse examinée est partagée et projetée à toute la classe (ce qui est très facile). L’élève anonyme ne se sent pas alors personnellement visé par les remarques et les critiques de l’enseignant ou du groupe, et l’enseignant ou le groupe peuvent eux-mêmes plus librement critiquer la proposition. Cela permet, de part et d’autre, une grande liberté.

Cette situation permet aussi d’ « encourager l’innovation […] par l’encouragement de la prise de risque et par l’acceptation raisonnée de l’erreur » (Becchetti-Bizot, Houzel, Taddei, 2017).

Voici ce que me dit une élève concernant l’usage en cours de Beekast (application utilisant les terminaux mobiles des élèves) :

« J’apprécie l’utilisation de Beekast qui fait participer tout le monde dans la classe. De plus, l’anonymat, même s’il est parfois mal utilisé, permet d’une part de proposer des idées pas complètement abouties que l’on aurait peut-être pas dites à voix haute et d’autre part, de critiquer ou d’améliorer une idée sans que l’auteur ne se sente visé. » — Extrait d’une lettre d’évaluation du cours, 2017.

De fait, la recherche semble montrer « une préférence des élèves pour les réponses anonymes » plutôt que nominatives (Faillet, Marquet, Rinaudo, 2013).

Un bon anneau d’invisibilité ?

one_ringLe dispositif de rétroaction devient alors comme un anneau de Gygès, mais vertueux. On se souvient en effet de la fable rapportée par Platon (La République, livre II, 359) : ayant découvert un anneau d’invisibilité, le jeune berger Gygès — pourtant de bonne réputation — libère et accomplit ses pulsions de domination, profitant de son impunité pour commettre les pires crimes (la vision selon laquelle toute morale n’est qu’une crainte hypocrite de punition n’est cependant pas celle de Socrate, mais de son opposant Glaucon). Un système de réponses « est un anneau de Gygès moderne, en ce sens qu’il permet à l’élève d’explorer un espace intermédiaire pour expérimenter son moi. L’élève devient invisible au regard d’autrui et peut jouer son propre rôle » (Faillet, Marquet, Rinaudo, 2013).

Bien entendu, l’anonymat peut être pervers. Dans le cas des questionnaires à choix multiples, certains élèves peuvent répondre de manières détachée, sans réfléchir et de manière dès lors improductive (Faillet, Marquet, Rinaudo, 2013).

Plus gravement, dans le cas des réponses ouvertes, l’anonymat peut lever l’inhibition et la civilité, comme le montrent la fable de Gygès et l’expérience commune. Certains élèves n’hésitent alors pas à communiquer des propos allant de la gaudriole potache à l’insulte franchement raciste… Cela doit être prévenu et contré de plusieurs manières :

  • par la construction d’une relation de confiance,
  • par des protections techniques :
    • anonymat relatif : réponses anonymes pour le groupe, mais nominatives dans l’interface de l’enseignant (à condition d’utiliser des comptes individuels) ;
    • modération des réponses par l’enseignant (ou un élève désigné) avant leur communication au groupe. Cette possibilité de modération est un élément déterminant dans le choix d’un système de réponses en contexte scolaire.

Promouvoir la collaboration contre la distraction

De tels systèmes de réponse reposent sur l’utilisation de terminaux par les élèves, notamment mobiles (smartphones). On se confronte alors au problème récurrent de la gestion de la distraction induite par les écrans. En effet, selon la métaphore de Tristan Harris, le smartphone est une véritable machine à sous de l’attention :

« Chaque fois que je vérifie mon téléphone, je joue à la machine à sous pour voir ce que je vais obtenir. […] Soit vous êtes dessus, vous êtes tout le temps connecté et distrait, ou vous ne l’êtes pas, alors vous vous demandez si vous loupez quelque chose d’important. En d’autres mots, vous êtes soit distrait soit vous avez peur de louper quelque chose. »

Une solution simple existe : éviter les usages individuels des écrans et promouvoir les usages collectifs. Il suffit pour cela de créer des groupes d’élèves utilisant le même terminal, qui est alors pleinement mobilisé pour l’activité. Un tel groupe s’auto-contrôle généralement très convenablement.

Images : Jorge Arimany – Own work, CC BY-SA 3.0 et Beekast.com.

Points de vigilance pour choisir des outils numériques pédagogiques

6307272095_4ff1aa5081_bEnseignants et formateurs à l’ère des écrans, nous pouvons désormais choisir parmi de très nombreux outils et services en ligne. C’est peu dire que nous avons l’embarras du choix, comme en témoigne cette liste que je tente de tenir à jour.

Afin d’éclairer ces choix, je vous propose une liste de points de vigilance à prendre en compte avant de décider de la pertinence d’un outil ou d’un service. Ces critères seront utiles aux administrateurs, aux enseignants et aux élèves.

Cette liste est élaborée collaborativement, avec le concours notable de François Bocquet et de quelques autres personnes (que je prie de bien vouloir m’excuser de ne pas citer) .

Quels points de vigilances ?

Ce document (cliquez pour l’afficher en pleine page) accepte les commentaires et les suggestions : n’hésitez pas à contribuer !

Quels registres de questionnement ?

Il est possible de classer les points de vigilance selon les registres suivants (proposés par François Bocquet) :

  • registre fonctionnel (les fonctions accessibles)
    • du point de vue de l’enseignant
    • du point de vue des élèves
  • registre technique (les possibilités techniques)
  • registre juridique (les règles de droit)
  • registre éthique (les valeurs de société)

Le choix d’un outil résultera ainsi d’un compromis entre ces trois registres.

N.B. : Jacques Dubois (DANE de Dijon) propose d’organiser ces points de vigilances en fonction de trois registres d’intérêt (voir son billet « Choisir un outil numérique« ) : registre pédagogique, registre pratique et registre politique.

critc3a8res-de-choix-dun-outil

Photo credit: Douglas Brown via VisualHunt.com / CC BY-NC-SA

 

Rédiger des évaluations en concaténant les cellules d’un tableur

vJ’ai déjà présenté plusieurs manières d’utiliser un tableur pour optimiser l’évaluation des élèves et la communication de ces évaluations (« Cocher, filtrer, copier, coller : évaluer avec un tableur« , « Une rubrique dans un tableur : évaluer plus efficacement les élèves« ).

Voici un nouveau procédé, facilement adaptable à différents contextes, reposant sur des feuilles de calculs, des menus déroulants et la concaténation des remarques.

Le tableur utilisé est Google Sheets, mais le procédé est déclinable sur d’autres tableurs (Excel notamment). Toutefois, grâce à ses modules complémentaires, Google Sheets permet des opérations intéressantes, comme l’export et l’impression au format texte ou la communication des évaluations aux élèves par publipostage.

Des modèles de tableurs duplicables et modifiables sont proposés en fin de billet.

Présentation générale

Vidéo

Diaporama


Lire la suite