Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire »

La dissertation de philosophie n’est pas la réponse directe à la question posée par le sujet, mais la réflexion sur le problème ouvert par cette question.
Autrement dit, une dissertation de philosophie pose (introduction), traite (développement) et tente de résoudre (conclusion) un problème philosophique.

La difficulté est alors de transformer le sujet (question posée) en un problème philosophique.

Je vous propose un « truc ».

1) Introduisez l’adverbe « vraiment » dans la question.
2) En utilisant « au contraire« , formulez une thèse opposée ou différente.
3) Reformulez le problème.

Exemple 1 :

  • Sujet (bac) : L’ignorance est-elle parfois un bien ?
  • Ajout de l’adverbe : L’ignorance est-elle vraiment parfois un bien ?
  • Fomulation de l’opposition : L’ignorance n’est-elle pas au contraire toujours un mal ?
  • Reformulation du problème : Autrement dit, l’ignorance (ne pas connaître la vérité) peut-elle être un bien (une chose juste et désirable), ou est-ce au contraire toujours un mal ? L’ignorance peut-elle vraiment parfois être désirée, ou doit-elle toujours être pourchassée ?

Exemple 2 :

  • Sujet (bac) : La tradition est-elle la soumission à un passé révolu ?
  • Ajout de l’adverbe : La tradition est-elle vraiment la soumission à un passé révolu ?
  • Fomulation de l’opposition : La tradition n’est-elle pas au contraire un autre rapport au passé ? N’est-elle pas au contraire une liberté ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, la tradition (la transmission et la répétition des pratiques et des pensées de nos ancêtres) est-elle vraiment la soumission à un temps ne correspondant plus à notre présent ? la tradition n’est-elle pas au contraire une forme de liberté ? La perpétuation du passé ne permet-elle pas de mieux vivre le présent ?

Exemple 3 :

  • Sujet (bac) : La persuasion est-elle l’ennemie de la raison ?
  • Ajout de l’adverbe : La persuasion est-elle vraiment l’ennemie de la raison ?
  • Fomulation de l’opposition : La persuasion n’est-elle pas au contraire l’alliée de la raison ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, le fait de provoquer un sentiment de certitude est-il opposé à l’exercice de la pensée rationnelle ? Il y a sans doute de bonnes raisons de le penser. Mais n’y a-t-il pas aussi de bonnes raisons d’affirmer que la persuasion peut être rationnelle ?

77 réflexions sur “Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire »

  1. j’aimerai savoir si d’après vous mon porblème est bon

    Sujet: est-il nécessaire de définir pour démontrer?

    problème: le problème est de savoir si définir est une condition et, si c’en est une, de savoir si c’est la condition stricte pour démontrer.

    merci de me répondre assez vite

    juju

    J'aime

  2. Vous n’êtes pas très loin du but, mais allez, faites-moi plaisir et utilisez la méthode proposée dans ce billet :

    Est-il VRAIMENT nécessaire de définir pour démontrer ? Autrement dit, la définition des termes (donner leur essence, leur nature) est-elle une condition indispensable pour mener à bien une démonstration (c’est-à-dire un raisonnement qui prouve) ? Ou bien au contraire peut-on se passer de cette étape ?

    Vous pouvez aussi poser ce genre de questions sur http://forums.editions-hatier.fr/index.php?bn=sitesbachatier_sosphilo
    (un forum que j’anime habituellement).

    J'aime

  3. Bonjour,
    j’ai une dissertation de philo à rendre sur le sujet: le langage est-il un instrument de domination? mais je n’arrive pas du tout à problématiser (même avec vraiement [désolé ! ;-) ] ) j’aimerais avoir quelques pistes svp !!!!!

    J'aime

  4. Je n’arrive pas à mettre « vraiment » dans ma problématique :
    Pourquoi l’Homme est-il inhumain?
    comment problématiser avec ça???
    merci beaucoup par avance

    J'aime

  5. Il se pourrait que la proposition d’une SEULE entrée dans les sujets bloque les élèves. Par exemple, en effet, on ne voit pas trop ce que ça peut donner sur le sujet « Pourquoi l’homme est-il inhumain? » Sujet il est vrai formulé de façon peu maniable, pour être indulgent. Tel quel, par quel bout le prendre? Il faudrait écrire: L’homme peut-il être inhumain? Ou Pourquoi l’homme est-il parfois inhumain?

    J'aime

  6. mn sujet est: faut-il douter de tout?

    Avc vraiment: Faut-il vraiment douter de tout?

    Mais je n’arrive pas avec « au contraire »

    Aidez moi…Merci d’avance…

    J'aime

  7. voila mon sujet de philo …Avoir une opinion est-ce penser ?
    donc avec cette technique ça donnerait : « Avoir une opinion est-ce vraiment penser ou est-ce au contraire seulement avoir des préjugés ?

    Et mon second et dernier sujet est le suivant  » Le travail rend il libre ? »
    donc on aurait Le travail rend il vraiment libre ou au contraire est-ce une meilleure manière de nous emprisonner ?

    Merci d’avance pour votre future réponse :)

    J'aime

  8. Bonjour,

    Ce que vous écrivez me semble très bien.
    Il vous reste à présent, si vous devez traiter ces sujets, à développer un peu les questions en les reformulant. Rendes-les plus explicites.

    J'aime

  9. Boujour,
    J’ai vraiment besoin de vous, mon sujet est « faut-il encourager les échanges culturels? » avec vraiment j’ai compris mais avec au contraire je bloque et donc il en est de meme pour la reformulation… pourriez vous m’aider s’il vous plait?

    Merci d’avance :)

    J'aime

    • Alors, faut-il VRAIMENT encourager les échanges culturels ? OU BIEN AU CONTRAIRE faut-il pas les décourager ?
      Autrement dit, est-il souhaitable, et peut-être même nécessaire, de développer activement les échanges entre les différentes cultures ? Et si oui, pourquoi ?
      Ou faut-il plutôt s’efforcer de les limiter, voir même de les annuler ? Mais pourquoi ?

      J'aime

  10. J’ai le même sujet j’ai trouvé de quoi traité mais je n’arrive toujours pas à problématiser le sujet avec « vraiment » ou « au contraire » .
    Si il serait possible de m’aider ou de me guider cela me serait utile =)

    J'aime

  11. merci bien cela m’a aidé pour mon intro et ma problématique ba notre sujet était exactement que oihanna à énnoncé .

    J'aime

  12. Bonjour,
    Suivant votre méthode, j’ai tenté de problématiser le sujet suivant : « Le désir tend-il à connaître ses objets »? Le désir tend-il VRAIMENT à connaître ses objets? Ou ne tend-il pas plutôt vers un idéal jamais atteint? On peut alors formuler la problématique suivante : Le désir a-t-il pour objectif son assouvissement ou n’est-il qu’idéalisation? Pensez-vous que je passe à côté du sujet? En tout cas, bravo pour ce billet, qui m’a apportée une aide certaine!

    J'aime

    • Bonjour,
      Je pense qu’il faut mieux formuler votre alternative.
      Le début convient bien : le désir tend-il VRAIMENT à connaître ses objets ? Autrement-dit, cherche-t-il la vérité sur ce qu’il désire ? Cherche-t-il à se représenter ce vers quoi il tend comme cela est ?
      Mais il faut mieux marquer l’opposition : le désir tend-t-il à connaître, ou au contraire est-il dans sa nature de se tromper sur son objet ?
      La notion d’idéalisation est très pertinente. L’idéalisation peut être comprise comme une forme d’erreur, ou plus exactement comme une illusion : c’est croire que l’objet est tel qu’on le désir (prendre son désir pour la réalité).

      J'aime

  13. bonjour, j’ai comme sujet la perception sensible est elle le commencement de la science ?

    Avec vraiment sa me donne la perception sensible est elle vraiment le commencement de la science?

    Mais avec au contraire, j’ai petit soucis la perception sensible n’est elle pas au contraire simplement une source pour parvenir à la science ?
    serait il possible de m’aider s’il vous plait pour au contraire et lareformulation qui pose le problème.
    Merci d’avance.

    J'aime

    • Bonjour Audrey,

      La perception sensible est elle vraiment le commencement de la science ?
      Ou n’est-elle pas au contraire la source de la science ? N’est-elle pas au contraire ce qui tarît la science ? La perception sensible n’est-elle pas ce qui empêche la science, ce qui la trompe ? On sait que les sens sont pleins d’illusions et de subjectivité.

      J'aime

  14. sujet : as-on’besoin d’apprendre à être libre?
    -> as-t-on vraiment besoin d’apprendre à être libre?
    -> au conteraire, l’apprendre est inutile, nous sommes libres naturellement???
    pb : :-S
    nous pouvons avoir besoin d’apprendre à être libre…mais en même temps cela n’est pas utile??? c’est bizarre… moi j’avais pensé à : la liberté évolue-t-elle vraiment…

    je suis vmt perdue svp répondez moi!!!
    merci d’avance

    J'aime

    • Bonjour bzzbzz,

      A-t-on vraiment besoin d’apprendre à être libre ?
      Si l’on peut apprendre à être libre, cela signifie que la liberté évolue, en effet. Cela signifie que la liberté grandit. Mais si la liberté grandit, cela signifie-t-il qu’elle a des degrés ? Est-on vraiment plus ou moins libre ? N’est-on pas au contraire (comme vous l’avez vu) naturellement et totalement libre ?

      J'aime

  15. pourquoi nous trompons nous
    donnerait avec votre methode l’erreur est-elle vraiment universelle et reel? ou au contraire peut-on l’eviter, la surmonter?

    J'aime

    • Pourquoi nous trompons-nous ?
      Ici, on ne peut pas appliquer directement la méthode.
      Ce qu’il faut faire, c’est proposer une grande réponse possible à la question, et alors appliquer la méthode.
      Nous trompons-nous VRAIMENT pour des raisons accidentelles (faute d’attention, etc.) ? Ou bien au contraire, nous trompons-nous pour des causes essentielles, — donc inévitable ?

      « L’erreur est-elle vraiment universelle et reel? ou au contraire peut-on l’eviter, la surmonter ? » : vous posez une bonne question qui devra être prise en compte dans votre réflexion.

      J'aime

    • Elle contient de bons éléments (la question d’une liberté naturelle), mais il faut développer un peu. La problématique ne doit pas être allusive, mais expliciter les questions qui se posent. N’hésitez pas à reformuler (« Autrement dit, le problème qui se pose est… »).

      J'aime

  16. Bonsoir,

    Mon sujet de dissert’ est « Faut-il vivre pour autrui? »

    Avec votre méthode, cela donne, Faut-il vraiment vivre pour autrui (donc consacrer sa vie’aux autres)…

    Mais je bloque complètement avec Au contraire.

    Aidez-moi svp

    Merci d’avance.

    J'aime

  17. Bonjour,
    mon sujet de dissert est : »A quoi peut on reconnaître la vérité? »

    Est ce que cette reformulation irait bien? :
    A quoi peut on vraiment reconnaître la vérité?
    Ou au contraire à quoi peut on reconnaitre le mensonge?

    Je voulais savoir si les 2 reformulations doivent être écrites dans la dissert ou juste une des deux?Et le fait de rajouter seulement un « vraiment », ce n’est pas trop simple comme reformulation?Sinon pour ma deuxième reformulation cela n’est pas hors sujet de traîter du mensonge alors que l’on nous demandait de parler de la vérité?

    Merci beaucoup!

    J'aime

  18. bonjours !

    je dois faire une dissertation ayant pour sujet  » a on des devoirs envers les animaux ?  »
    avec votre méthode, cela donne  » a t on vraiment des devoirs envers les animaux, ou au contraire sont t-ils destinés à être les esclaves de l’espèce humaine ? »
    cela vous semble t-il correct ?

    bonnes fêtes et merci d’avance !

    J'aime

  19. « y-a-t-il de l’indiscutable? »
    ca nous donnerais est-ce que tout releve de l’evidence ou au contraire le doute peut-il laisser place à une discussion?

    J'aime

    • Alors : Y a-t-il VRAIMENT de l’indiscutable (ce qu’on ne peut mettre en doute, ce à quoi l’on ne peut qu’acquiescer), ou y a-t-il au contraire toujours la possibilité d’une discussion, d’une mise en question de toute chose ?
      Donc vous aviez assez bien vu le problème.

      J'aime

  20. slt je suis nouveau sur la plate forme je suis eleve en Tle Litterraire,c’est un pote a moi qui ma conseillé le site.j’aimerai savoir s’il est possible,que je correspponde avec quelqu’un,sur quelques sujets dont j’ai des difficultés.mo adresse est:dupre200@yahoo.fr
    merci d’avance a tous.

    J'aime

  21. mon sujet est: L’art est-il le royaume des apparences ?

    j’ai commencer a réfléchir sur: l’art représente la réalité, et que les apparences aussi.

    J’ai donc pensé à: comment l’art peut-il reigner sur les apparences alors que ceux ci représentent tous deux la réalité?

    je voudrais savoir si ma problématique tiens la route ou est elle hor sujet? merci

    J'aime

  22. j’ai besoin d’une réponse rapide s’il vous plait sur le sujet L’art est-il le royaume des apparences juste une idéee pour me lancer merci j’ai eu aucune réponse sur le forum

    J'aime

  23. Bonjour, tout d’abord j’aimerai vous remercier pour votre méthode, cependant, j’ai bien peur de ne pas réussir à l’appliquer correctement :
    Sujet : « Bien raisonner est-ce renoncer à croire ? »
    -> Bien raisonner est-ce vraiment renoncer à croire?
    Mal raisonner permet de continuer de croire ?
    -> Est-ce que l’on peut croire et bien raisonner à la fois ?
    -> Faut-il choisir entre croire et raisonner ?

    Les deux dernières formulations fléchées me semblent plus être des axes de dissertation que des problématiques, me trompe-je ?

    J'aime

  24. Bien raisonner, est vraiment renoncer à croire ?
    Ou bien le bon raisonnement ne s’accompagne-t-il pas au contraire de croyance ?
    On voit bien en quoi le raisonnement refuse la croyance : la pensée veut se fier à la raison seule, et n’affirmer que ce qui aura été dûment conclu.
    L’enjeu sera alors de se demander quelle croyance le raisonnement peut toutefois maintenir, — peut-être même inévitablement.

    J'aime

  25. Bonjour M. Jourde,

    Comme tout les autres je veux commencer par vous remercier pour votre aide. Voici mon sujet de disserte,

    -Le plaisir est-il essentiel au bonheur ?

    1. Le plaisir est-il vraiment essentiel au bonheur ?
    Cependant, je bloque au  » au contraire  » .
    Merci d’avance de m’aider.

    J'aime

    • Le plaisir est-il vraiment essentiel au bonheur ? Ou bien le plaisir est-il sans lien véritable avec le bonheur ? Autrement dit, est-il possible d’être heureux sans éprouver de plaisir ?
      La réponse dépendra sans doute de la définition donnée du plaisir. S’agit-il d’un plaisir physique ? S’agit-il d’un plaisir spirituel ?

      J'aime

  26. bonjour,
    mon sujet est « suffit t’il de s’en tenir au fait pour être dans le vrai?  »

    donc Suffit t’il vraiment d’être dans le fait pour etre dans le vrai mais après je bloque pour au contraire…
    Si vous pouviez m’aider svp
    merci

    J'aime

  27. Suffit-t-il VRAIMENT de s’en tenir au fait pour être dans le vrai, OU BIEN AU CONTRAIRE cela ne suffit-il pas ? Ne faut-il pas autre chose ? Ne faut-il pas même s’éloigner du fait ?

    J'aime

  28. Bonjour, je dois faire une problématisation sur le sujets suivant :
    Le bonheur est-t-il dans la nature?
    Je dois écrire lignes… En utilisant votre méthode, ça me fais 5 lignes.. Et je ne vois vraiment pas quoi ajouter..
    Pourriez vous m’aider?

    J'aime

  29. Bonjouur j’ai une dissert sur : Le travaiL est – il le propre de l’homme. J’ai reformulé en disant : Le travaiL est – il vraiment le propre de l’homme ou le travail n’est – il au contraire commun à tout les êtres vivants ( animaux ) ? mais j’ai du maL a reformulé pour le Autrement dit .. ! Et est ce que ma formulation de l’opposition est correct ?

    J'aime

  30. Le fait de devoir travailler marque-t-il une différence essentielle qui distingue l’homme du reste des créatures ? Ou bien n’est-ce pas au contraire le propre de tout être vivant ?

    J'aime

  31. bonjour, j’ai une dissertation a faire dur le bonheur et j’ai le choix entre deux question la question ke j’ai choisie est le désir est-il nécéssaire au bonheur et je dois comprendre l’enjeu philosophique de la question. Pourriez-vous m’aider… Merci!

    J'aime

  32. donc si je comprend bien

    Le contrôle des désir est-il vraiment nécessaire au bonheur?Le contrôle des désir n’est-il pas au contraire indésirable au bonheur? Autrement dit, le contrôle des désirs est-il vraiment nécessaire ou au contraire indésirable au bonheur?Le bonheur n’est-il pas un acceptation des désirs qu’on a?Les désirs ne sont-ils pas néfaste pour atteindre le bonheur?

    J'aime

  33. votre technique marche seulement avec un plan thèse antithese, synthese?
    je dois problematiser « que peut on apprendre par expérience? »
    Que peut on vraiment apprendre par expérience? ou au contraire n’apprend t on rien avec l’experience?
    j’ai deja le plan…
    1) l’experience sensible
    2)l’expérimentation scientifique
    3) le vécu

    J'aime

  34. bonjour, je n’arrive pas du tout a problématiser car on ne peut pas y repondre par these antithese synthese, donc « vraiment » et « au contraire » ne fonctionne pas..
    en quel sens les sciences de l’homme sont elles de sciences?
    aidez moi s’il vous plait…

    J'aime

  35. En quel sens les sciences de l’homme sont-elles VRAIMENT des sciences ?
    On peut proposer cette alternative : sont-elles des sciences par le progrès dans la certitude de leurs connaissances ou par la rigueur de leurs méthodes ?

    J'aime

  36. bonjour , je voudrais vous remercier , car votre méthode m’a aidé a plusieurs reprises !

    Mais là j’ai un gros problème avec ce sujet :

    y a-t-il de « sots’metiers  » ?

    Je n’arrive pas à reformuler correctement , je ne trouve rien de bien concret .

    Merci de m’éclairer ! :)

    J'aime

  37. y a-t-il VRAIMENT de « sots’metiers » ? Peut-on vraiment juger un travail idiot ou absurde ? Ou tous les métiers ne sont-ils pas au contraire équivalents ? Est-ce le métier qui est « sot », ou la manière dont on l’exerce ?

    J'aime

  38. merci d’avoir pris le temps de me répondre :)
    le sujet était a rendre hier mais ce n’est pas grave j’ai réussi a me débrouiller quand même .

    j’ai pris comme problématique : le travail est il susceptible de faire régresser l’intelligence humaine ?
    en parlant de Marx et du travail moderne

    même si je pense faire un peu de hors sujet …

    J'aime

  39. J’ai du mal à problématiser bien que j’ai compris votre méthode. Mon sujet étant : Qui parle quand je dis « je » ? En suivant votre méthode ça donne pour moi : Qui parle vraiment lorsque je dis « je »? et Au contraire qui ne s’exprime pas ?
    Je me rend bien compte qu’il n’y à que la première question qui tiens debout, donc si éventuellement je pouvais avoir un peut d’aide…

    J'aime

  40. Bonjour. Votre sujet est un peu « compliqué » pour cette méthode, mais vous êtes bien engagé. Qui parle VRAIMENT quand je dis “je“ ? Est-ce bien moi qui parle quand je dis “je”, ou est-ce au contraire un autre que moi ? Suis-je vraiment l’auteur de ma parole, ou ma parole n’est-elle pas déterminée à mon insu (par un inconscient physique, psychique ou social) ?

    J'aime

  41. Bonsoir, je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre méthode qui m’a principalement aidé dans ma problématisation. Or je ne saurai définir si cette dernière soit vraiment juste.
    J’ai comme sujet « peut-on mesurer le bonheur? », cela donnerai « Peut-on vraiment mesurer le bonheur? / « Le bonheur peut-il vraiment être mesurer? ». Quand à la reformulation avec « au contraire » je m’enmêle un peu les pinceaux et n’arrive pas vraiment à en définir une qui me semble exact. Pourriez-vous m’éclairer concernant ma problématisation?
    En attente de votre réponse, merci par avance.

    J'aime

  42. Bonsoir j’ai beaucoup de mal à établir une problématique sur le sujet suivant : y a t’il un âge pour philosopher?
    Pouvez vous m’aider?

    J'aime

  43. Bonjour tout le monde. Je suis également dans un problème de remise en mot d’un sujet de philo : « Dois-je attendre de la philosophie qu’elle me rende heureux ? »

    En réfléchissant à votre méthode j’en suis arrivée à une problématique provisoire : « La philosophie peut-elle vraiment me rendre heureux, ou bien au contraire risque-t-elle de me rendre malheureux ? »

    Voilà voilà, en espérant une réponse :)

    J'aime

  44. Bonsoir! Comme tout le monde je ne suis malheureusement pas arrivée (je pense) à problématiser mon sujet avec votre technique… Mon sujet est: « Que signifie ramener l’inconscient à la conscience? »

    J’ai pensé à: que signifie vraiment ramener l’inconscient à la conscience? (avec la psychanalyse de Freud) et Au contraire cette action n’est-elle pas justifiée?

    A la limite la 1ère question pourrait passer mais j’ai peur d’un H-S avec la 2eme…
    Merci énormément d’avance!^^

    J'aime

  45. Mon sujet est : La technique pourrait-elle être la solutions à tous nos problèmes?
    Avec la méthode : La technique pourrait-elle vraiment être la solution à tous nos problème, ou au contraire la technique n’est-elle pas celle qui crée les problèmes ?
    Est-ce bon ?

    J'aime

  46. Bonjour, merci pour votre méthode, je crois l’avoir compris.
    Mon sujet : Le désir suppose-t-il la connaissance de son objet?
    Je trouve : Le désir suppose-t-il vraiment la connaissance de son objet ou ne suppose-t-il pas au contraire la méconnaissance de son objet?
    Le problème : je trouve que ça ne fait pas trop « problématique », j’ai juste l’impression d’ajouter des mots au milieu de ma phrase sans creuser.
    merci à l’avance pour votre réponse.

    J'aime

  47. Je réponds à Léa :
    Le désir suppose-t-il vraiment la connaissance de son objet, ou ne suppose-t-il pas au contraire de méconnaître son objet, ou même de s’illusionner sur lui ? Autrement, faut-il vraiment connaître pour désirer ? Une dose d’ignorance ne peut-elle pas au contraire attiser le désir ? Ne lui est-elle pas essentielle ?
    Voici quelques pistes.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.